SON HISTOIRE

S’Megoa est une gigantesque planète commerciale composée d’immenses marchés en tous genres, d’industries de tailles diverses et de salles de jeux plus ou moins légales. Le tout grouillant d’individus venus de multiples horizons.

C’est dans ce chaos, où chacun réadapte quelque peu la loi du Conglomérat, que Mina a grandi. Orpheline, elle fut trouvée bébé au bord d’une décharge par une imposante créature nommée Ba’Tho, propriétaire de celle-ci. C’était un Meogan, une espèce rustre et peu préoccupée par le bien d’autrui. Mais pour une raison étrange et inexpliquée, les grands yeux du petit être eurent raison de la carapace pourtant rigide du colosse. Il recueillit l’enfant et lui donna un prénom se prononçant “Mina” en langue stellaire, qui signifie « Deux joyaux » en Megoan.

Ba’Tho l’éleva à sa façon et seul. La préparant aux dangers auxquels elle devrait faire face sur cette planète impitoyable.

La décharge était un endroit où l’on pouvait dénicher presque toutes les pièces détachées possibles pour robots anciens ou récents. Mina en fit rapidement son terrain de jeu. Dotée d’une grande soif d’apprendre mais aussi d’un talent inné, à 6 ans à peine, Mina était déjà capable de bidouiller les circuits électroniques des machines entreposées un peu partout.
Avec de vieilles pièces elle fabriqua même deux petits robots qui la suivaient partout. D’abord primitifs, ils évoluèrent avec le temps au rythme de la croissance de la gamine et de ses compétences. Une fois adolescente, ses deux amis de métal l’accompagnaient dans les rues, la protégeant parfois de guet-apens ou lui permettant d’accomplir quelques petits larcins.

Mina était douée pour survivre dans les rues où les mauvaises rencontres étaient fréquentes et savait désormais s’adapter à chaque situation. Très vite, un petit groupe de gamins des rues se forma autour d’elle. Au sein de ce dernier elle apprit à manier ses premières armes car sur S’Meoga il valait mieux savoir s’en servir. Elle découvrit également le Smash Ball dans une petite arène non loin de la décharge.

Les mois passèrent ainsi et le petit groupe d’une vingtaine se fit une réputation de débrouillards. Il n’était d’ailleurs pas rare qu’ils se fassent payer pour des petits contrats : protection d’un commerce, récupération de biens volés ou bien juste effrayer les voyous du quartier.

Un jour, un cyborg Sjuterxs contacta Mina alors âgée de 19 ans. Il n’était pas du quartier mais s’était renseigné et savait à qui il s’adressait. Il lui demanda de récupérer un objet précieux à ses yeux : une pierre de minerai sans grande valeur commerciale qui se trouvait dans un casino.
Il lui expliqua avoir eu une dette envers l’établissement, et afin de la recouvrir, le patron avait envoyé ses hommes de main dépouiller le domicile du cyborg.
La récompense promise au petit groupe était importante, bien supérieure à ce qu’ils étaient capables de gagner en une année. Mina accepta alors de s’en charger.

Ce fameux casino ne fermait jamais. S’introduire dans les secteurs interdits sans déclencher les sécurités était impossible. Sauf pour une experte en circuits électroniques.
Avec agilité et un soupçon de piratage, Mina pénétra dans les bureaux du patron. Elle repéra la pierre convoitée posée en évidence sur le bureau et s’en saisie.
Mais elle ne savait pas encore qu’elle venait de commettre la plus grosse erreur de sa vie…
Une alarme se déclencha. Les gorilles du patron débarquèrent dans la pièce presque dans l’instant. Devant leur arsenal, Mina ne tenta rien de stupide.

Gardée dans ce bureau, elle vit arriver un humain après un certain temps. Bel homme plein d’assurance d’environ 35 ans, il portait une veste en fils d’or. Mina reconnut aussitôt celui qu’on nommait Golden Jack, le boss du casino mais aussi un Coach à l’Universal League. La voleuse savait qu’on ne s’attaquait pas à un tel homme sans en subir les conséquences. Elle était dans le pétrin jusqu’au cou, et face à lui elle n’en menait pas large.

Avec un sourire carnassier tout autant que charmeur, Golden Jack entama un dialogue avec Mina afin de connaître son commanditaire. Il était évident pour lui que la gamine n’aurait jamais eu les tripes de tenter un tel coup si elle avait su à qui elle s’attaquait et quelle était la vraie nature de son larcin.

Quand il fut certain d’avoir connaissance de toutes les informations qu’il pourrait obtenir d’elle, l’homme, assuré et presque ravi, lui annonça que son ignorance ne pardonnait pas sa tentative. Elle serait un exemple. Personne ne s’en prenait à Golden Jack.
Il ordonna à ses gardes de lui injecter des nanorobots de sa conception. Ceux-ci mettent à mort leur hôte au bout d’un temps donné ou en cas de tentative d’extraction. Avec un humour morbide il annonça à Mina qu’elle pourrait prolonger ce temps contre des crédits, car la devise de Golden Jack n’était autre que : “Le temps c’est de l’argent”, une devise héritée des Stellaires.

Mina cacha la vérité à Ba’Tho pour ne pas l’inquiéter et lui annonça son choix de devenir chasseuse de primes. Un métier risqué mais aux revenus importants et pour lequel elle se sentait prête. Malgré les protestations de son père adoptif devant le danger d’une telle profession, Mina rassembla ses économies et entama sa nouvelle carrière.

Depuis ce jour, la vie de Mina consista donc à payer un loyer pour son corps au boss d’un des plus grands empires commerciaux de l’Univers.

Une rumeur raconte que le Cyborg responsable de la malédiction de Mina était un pirate qui avait tenté de s’emparer du trésor le plus précieux de Golden Jack. Une pierre dont on ignore d’ailleurs toujours la nature. D’autres rumeurs racontent également la quête de Mina pour retrouver cet escroc volatilisé dans l’univers depuis la tentative de vol. Mais ce ne sont que des rumeurs…

C’est en 3096 du calendrier stellaire que la redoutable chasseuse de primes, munie d’un bras robotique, intégra le Smash Ball. Elle gravit rapidement les ligues en tant que ranger. Ses revenus lui permirent même de mettre un terme à sa carrière de chasseuse de primes, tout en allongeant son espérance de vie, encore et encore, inlassablement… auprès de Golden Jack. Après 2 ans passés dans la Kilah Nee, Mina intégra l’Universal League.

Nous apprîmes à ce moment-là sa triste histoire de jeunesse. Mais compte tenu de sa condition, régie par les lois libérales de la planète indépendante S’Megoa, aucune action n’a pu être entreprise pour y mettre fin.

Mina est aujourd’hui un Ranger à la précision infernale. Sur le terrain ou en dehors, il vaut mieux ne pas se retrouver dans son viseur ! Toujours accompagnée par ses deux amis robotiques, elle a été autorisée à les utiliser sur le terrain comme technique personnelle. Ces derniers se transformant en pièges spéciaux afin d’handicaper sévèrement les Smashers adverses. De son côté, il ne lui reste plus qu’à finir le travail.

TECHNIQUE PERSONNELLE : IT’S A TRAP !

Mina peut ordonner à un de ses deux compagnons robotiques de se transformer en un piège spécial. Chacun propose une variante particulière plus puissante du piège de base des Rangers.